Le compostage des toilettes sèches

Le compostage des déchets de toilettes sèches

L’objectif de l’utilisation des toilettes sèches est, outre les énormes économies d’eau, de valoriser les déjections humaines en humus. Pour passer de nos toilettes à la terre, nos déjections doivent passer par le processus du compostage. Pour démystifier cette pratique, rien de tel qu’un petit tutoriel accompagné de quelques photos. Voici comment effectuer un bon compostage des toilettes sèches :

Du potager au compost
Cycle des matières avec compostage

Nous avons réalisé ce petit reportage à l’automne 2013, lors de la rotation annuelle que nous effectuons sur nos tas de compost. Cette opération m’a pris quelques heures un après-midi.

Le cycle et les rotations

Pour rappel, lors d’un compostage naturel de résidus de toilettes sèches —c’est à dire sans cuve isolée, chauffée et ventilée—, il est préconisé de respecter un laps de temps de deux années avant de réintroduire l’humus obtenu au jardin. Ceci afin de venir à bout des organismes pathogènes les plus récalcitrants pouvant être contenus dans nos matières fécales.
Afin de respecter cette condition, il faudra donc disposer de trois espaces de compostage, qui peuvent être accolés, comme le montre la photo.

Compost en trois tas
Trois étapes pour le compostage

L’espace nécessaire représente environ 3 mètres par 1 mètre soit 3 m² pour une famille de quatre personnes. Nous sommes quatre personnes à la maison, deux adultes et deux enfants, et compostons au même endroit nos excrétas de toilettes sèches, épluchures de cuisine et résidus d’entretien d’un jardin de 2000m², soit des tontes, du feuillage etc… Ces trois catégories de « déchets », ou plutôt trésor potentiel, une fois mélangés, remplissent annuellement un volume d’environ 1000 litres.

Le premier tas

L’organisation de nos composteurs se fait de la manière suivante, un premier composteur de 1000 litres reçoit nos matières compostables pendant un an. À la fin de cette première année, bien que le premier seau déversé aie déjà passé un an de compostage, le dernier, lui, vient juste d’être vidé. Il lui faut donc, lui aussi, passer deux ans de compostage. Pour ce faire, nous allons utiliser deux autres espaces de compostage qui permettront d’organiser une rotation pour laisser aux tas en décomposition deux années de repos supplémentaire (repos en apparence, car la vie est intense à l’intérieur, la faune du compost s’active pour transformer nos déjections en or brun). Seul l’espace nouvellement vidé recevra de nouvelles matières.

Premiers tas
Bac à compost première année

Le deuxième tas

Ainsi, nous disposerons un deuxième composteur de 1000 litres pour y entreposer les matières qui ont séjourné dans le premier tas de remplissage. Notre premier composteur étant ainsi vidé, il va pouvoir accueillir de nouveau nos résidus pendant un an.

À la fin de cette première année de repos, notre compost est déjà bien décomposé, mais on peut constater que les copeaux ne le sont pas encore tout à fait.

Second tas
Second bac de stockage
Poignée d'humus
État de l’humus après un an

Si vous utilisez une litière plus facilement décomposable (paille broyée, feuilles sèches broyées, etc) il est probable que vous n’ayez, à ce stade plus aucune trace de celle-ci.

Le dernier tas

Notre tas a réduit au moins de moitié et représente désormais un volume de 500 litres maximum. Nous allons donc le vider dans un troisième composteur de 500 litres où le compost passera sa deuxième et dernière année de repos.

Dernier tas vide
Dernier bac
Dernier tas rempli
Dernier tas

Le composteur de 1000 litres intermédiaire ainsi vidé, nous allons pouvoir, comme l’année précédente, le remplir avec les résidus que nous avons entreposés dans le composteur de remplissage. Laissant ce dernier vide pour le remplir à nouveau. Ainsi nous avons une rotation annuelle sur trois espaces.

Des 500 litres que nous avons mis dans le dernier tas de repos, il ne restera un an aprèsCompost_épanduque 200 litres environ que nous pourrons utiliser au jardin.

Nous avons ainsi valorisé les « déchets » (trésors potentiels) globalement au lieu de générer une pollution supplémentaire.

Cycle industriel cassé
Matières perdues avec l’eau

Quelques conseils pratiques

Il faut bien comprendre qu’un compost est plein de vie. Comme pour nous, l’air et l’eau sont indispensables à la vie du compost. Il faut donc vérifier de temps en temps que le compost reste bien aéré dans toutes ses strates et qu’il est suffisamment humide mais sans excès. Si des odeurs apparaissent, c’est pour vous alerter d’un dysfonctionnement sur un de ces deux points. Il existe aujourd’hui des outils simple pour aérer votre compost sans effort tel que le Brass’compost.

Brass'compost avec poignée rouge
Brass’compost
Espace paillé avant remplissage
Espace paillé avant remplissage

Nous conseillons à chaque mise à nue d’un tas, de le tapisser avec 15-20 cm de paille sur le sol avant de le remplir. Cette litière de fond permettra l’absorption des liquides en surplus.

Vous pouvez également couvrir vos tas au repos d’une bonne couche de paille, celle-ci permettra à votre compost de rester au chaud et de ne pas se dessécher trop vite.

Tas plein paillé
Tas plein paillé

Nous rappelons également que votre tas de compost doit impérativement être protégé de la pluie par un couvercle et placé de préférence à l’ombre pour éviter le dessèchement en période estivale.
Votre composteur doit fournir une bonne aération à son contenu. Si vous optez pour un composteur du commerce en plastique, ceux-ci manquent très souvent cruellement d’aération, alors n’hésitez pas à y faire des trous supplémentaire, de même pour certains modèles en bois.

Composteur grillagé
Composteur grillagé

Les composteurs

Vous pouvez fabriquer vous-même vos composteurs à l’aide de palettes non traitées de récupération ou bien encore avec du grillage à poule, en formant un cylindre qui sera fermé par un fer à béton ou autre tige naturelle (roseau, noisetier).

Lécopot propose également sa propre gamme de composteurs spécialement étudiés et adaptés aux toilettes sèches.

Nous espérons que ces explications vous auront été utiles et qu’elles vous aideront, si ceci n’est pas encore fait, à passer aux toilettes sèches.

Nous comptons sur vous pour ensemencer la terre, et pour ne plus polluer nos eaux.

48 thoughts on “Le compostage des toilettes sèches

  1. Bonjour
    Avez vous des conseils pratique sur l emplacement du composteur dans le jardin pour un usage au quotidien. Par exemple proche d un point d eau pour rincer le seau, distance de la maison ou de la terrasse au risque par périodes d éventuelles odeurs…
    Merci

    1. Bonjour,

      Votre composteur doit être placé dans un coin ombragé, de préférence.
      Un point d’eau à proximité facilite, effectivement, le rinçage des seaux.

      Vous n’aurez pas d’odeurs désagréables si votre compost est toujours recouvert de matières végétales sèches.
      Nous recommandons, à cet effet, d’ajouter régulièrement une petite couche de litière sur le dessus du tas de compost.

      Si des odeurs apparaissent, c’est qu’il y a manque d’eau ou d’air dans votre compost.

  2. Bonjour
    Nous passons le cap de passer supprimer les WC pour installer deux toilettes sèches. Nous nous demandons où il est plus pratique de placer le composteur dans notre jardin de 800 mètre carré. Proche de la maison ou pas, d un point d eau pour rincer le seau, par rapport aux portes de sortie de la maison afin d éviter de traverser trop de pièces à vivre, distance dans le cas d éventuelles odeurs… Bref qu est ce qui est pratique dans le quotidien quand on vide nettoie et replace le seau.
    Merci

    1. Il vous faut placer le composteur à distance raisonnable de l’habitation pour que la vidange ne soit pas trop fastidieuse.
      L’eau est nécessaire pour rincer votre seau.
      Pour notre part, le composteur est situé à une quinzaine de mètres de l’habitation et cela convient bien à l’usage.

  3. Bonjour, je ne comprends pas l’intérêt de transférer les tas. N’est-il pas tout bonnement plus simple au bout d’un an de ne plus toucher à la première cellule, remplir la seconde, puis la troisième ? Cela évite de bien fastidieuses manipulations non ?

    1. Bonjour,

      L’intérêt de transférer les tas est de les aérer (indispensable pour un bon processus de compostage).
      Mais également de disposer d’un troisième composteur plus petit afin de limiter les coûts d’achat et l’emprise au sol.
      En effet, comme expliqué dans cet article, au bout d’un an de compostage, le volume aura considérablement baissé et pourra donc être transférer vers un composteur plus petit.

      Bonne journée.

  4. Bonsoir, j’envisage des toilettes sèches en appartement mais n’ayant pas de jardin je cherche une solution pour me débarrasser donc de déchets. j’ai entendu dire qu’il était interdit de le jeter à la poubelle classique est ce vrai ? puis je l’emmener en déchetterie ? Celle ci n’étant pas tout prêt je suis pas certaine qu’à la longue cette solution soit envisageable :/

    merci

    1. Bonjour,

      Vous pouvez tout à fait déposer vos matières à composter en déchetterie.
      La solution de jeter aux ordures ménagères n’est pas la meilleure, mais elle reste plus pertinente que de faire ses besoins dans l’eau.
      Où jettent-on les litières de nos animaux de compagnie ? … les couches souillées des bébés ? cela paraît tellement normal …

  5. Pingback: Conférence Toilettes sèches, compostage, éco-assainissement à Quillan

  6. Bonjour,
    Nous envisageons des toilettes sèches avec trois bacs comme vous l’avez indiquez, nous sommes 5 (2 adultes et 3 enfants) et ayant des poules et lapins je souhaitais mettre la litière des animaux dans le compost, je pensais faire le 1er bac de 2 m2, le 2ème de 1,5 m2 et le dernier d’1 m2 selon vous est ce suffisant?
    Merci de vos conseils.

    1. Bonjour,

      Cela semble plus que correct. Il faut cependant que le deuxième bac fasse le même volume que le premier. En effet, lorsque le premier bac de 2m3 sera plein et que vous voudrez le transférer vers le second, vous aurez bien besoin du même volume. Celui réduira quasiment de moitié en un an et votre dernier bac d’1m3 devrait être suffisant.

      Bonne journée.

  7. Bonjour,
    Nous souhaitons installer des toilettes sèches dans notre maison en complément de toilettes classiques (maison à étage). N’ayant pas la place de faire un compost dans le jardinet, est-il possible selon vous de mettre le contenu dans des sacs poubelles biodégradables et de les jeter dans les poubelles municipales des déchets verts ? Ou doit-on les mettre dans les poubelles tout venant ?
    Merci pour vos conseils.

    1. Bonjour,

      oui, il vous est possible de mettre vos sacs compostables de toilettes sèches dans les déchets verts des déchetteries. Ceci partira sur un cycle de compostage et ce geste est préférable au fait de jeter vos excréments à la poubelle. À noter que ce dernier geste restera, de toute façons plus pertinent que de faire vos besoins dans l’eau.

    1. Il vous faut vous rapprocher de votre organisme de contrôle.
      Mais il ne devrait pas y avoir de contre-indication.
      Nombre de station d’épuration se trouvent en zone inondable et cela ne gêne personne 😉

  8. Bonjour et merci pour vos articles,

    Qu’en est-il des dangers d’utiliser ce compost sur les légumes du potager quand on sait, de nos jours, qu’énormément de gens suivent un traitement médical. Rien n’étant filtré, on risque de retrouver des résidus chimiques de la médecine ….. Chez moi, on se soigne « au naturel », plantes et argile mais je me vois mal demander à mes invités s’ils ont pris des traitement chimiques avant d’utiliser mes toilettes sèches …… Merci d’avance pour votre réponse
    Passez une belle journée !

    1. Bonjour,

      Comme expliqué souvent, les résidus médicamenteux trouveront une meilleure dégradation durant le long processus du compostage plutôt que dans nos stations d’épurations sophistiquées actuelles.
      En effet, ces stations, si perfectionnées soient-elles ne traitent aucun résidus médicamenteux aujourd’hui, les laissant ainsi partir dans nos rivières, … et par extension, dans notre eau de boisson « potable ».
      De plus, sachez que la plupart des médicaments humains ne sont pas assimilables par les plantes. Du coup le risque est véritablement mineur et, encore une fois, bien plus écologique qu’avec un système WC.
      Après, si vraiment vous n’avez pas confiance dans le processus du compostage pour assainir les matières, vous pouvez toujours réserver votre compost de toilettes sèches aux plantes ornementales et arbres de votre jardin.
      L’idéal serait de vivre dans un monde où nous ne créons pas de molécules de synthèse qui sont difficiles à dégrader et pouvant être polluantes 😉

  9. Bonjour,

    Je souhaite savoir si il est important d’ajouter d’autres matières tel
    que tonte, déchets de cuisine ou matières sèches au compost de toilette sèche? Sachant que nous utilisons du copeau de bois!!!
    Notre composteur trouve sa place dans notre champ mais il sera au soleil est ce un problème?
    Utilisez vous et mélangez vous le papier toilette au compost?

    Merci pour votre site très intéressant!!

    1. Bonjour,

      Non, il n’est pas impératif d’ajouter d’autres matières. Les copeaux de bois faisant bien l’affaire et suffisent largement à équilibrer le mélange.
      Le composteur serait mieux dans un lieu ombragé. Si vous le laissez en plein soleil, il va falloir vérifier régulièrement son taux d’humidité et ne pas hésiter à arroser de temps en temps pour palier à son dessèchement.

      Bonne journée

  10. J’aimerais me lancer dans le compostage, mais j’ai très peu d’espace pour le faire. Etant seule à la maison, puis me contenter de deux composteurs de 800 litres, quitte à brasser un peu plus souvent le premier bac pour avoir un beau compost au bout de deux ans ?
    Autre question : les excrétas issus d’individus végétariens sont-ils plus « de meilleure qualité » pour le compost que ceux des carnivores ?

    1. Bonjour,

      Si vous êtes seule à utiliser les toilettes sèches, alors oui, deux composteurs de 800 litres devraient largement suffire.
      Pour ce qui est de la qualité du compost obtenu par des individus végétariens, je n’ai pas de retour d’étude à ma connaissance pour vous donner cette information.

      Bonne journée

  11. Bonjour, utilisant de la sciure de douglas pour mes toilettes, quelqu’un m’a déconseillé un jour d’utiliser le compost pour le jardin car d’après lui le douglas est trop acide. N’ayant toujours pas eu l’occasion de tester le ph de mon compost, je m’en sers quasiment pas. Ne trouvant pas d’infos je pensais faire des essai cette année, en mettre beaucoup sur certaines plantes. Mais qu’en pensez vous est ce que ce compost peu nuire à certaines plantes ou ne pas aider? Et est t’il vraiment acide (au bout d’au moins 2 ans) ?

    1. Bonjour,

      Nous avons utilisé, pendant de nombreuses années des copeaux de Douglas et épicéa mélangés et n’avons constaté aucun dysfonctionnement dans notre potager.
      Je pense, effectivement, qu’au bout de deux ans de compostage, ce mélange est plutôt bon.

      Bonne journée.

  12. Bonjour,
    Je sollicite votre a avis concernant les toilettes sèches en camping-car cat je suis un peu perdue. Quelle est la meilleure solution selon vous pour polluer le moins possible lorsque nous sommes en voyage ? Certain voyageurs jettent leur litière dans une poubelle (enfermée dans un sac poubelle étanche) tandis que d’autres creusent un trou dans un coin isolé de campagne qu’ils recouvrent ensuite légèrement de terre. D’autres encore ne recouvrent pas et cachent dans des buissons éloignés de tout. Nous avons opté pour la seconde option lors de notre voyage au long cours à travers le monde mais je souhaiterais progresser dans notre démarche pour faire du mieux possible (ou le moins mal possible) et pour pouvoir répondre aux autres voyageurs qui me sollicite très souvent pour savoir comment faire. En étant nomades il n’est pad possible d’avoir notre propre compost et il est très rare et difficile d’en trouver en cours de route.
    Merci d’avance pour votre réponse !
    Camille.

    1. Bonjour,

      Merci pour votre question fort intéressante.
      La solution de vider son seau dans la nature n’est pas à conseiller.
      Il est préférable de garder le seau pour le composter chez soi ou bien de déposer en déchetterie dans les bacs de bio déchet afin que ces matières soient compostées et donc valorisées comme il se doit.
      En dernier recours, la solution de jeter les matières avec les ordures ménagères restera la plus raisonnable. Bien que cette dernière solution soit bien comprise comme ultime recours. Elle sera cependant, toujours moins polluantes que d’utiliser des toilettes à eau ou chimique 😉

      Bonne journée

      1. Bonsoir,

        Excusez moi d’insister, je veux être sûre de ne pas répondre n’importe quoi à mes interlocuteurs. Selon vous il vaut mieux jeter la litière aux ordures dans un sac plastique fermé plutôt que creuser un trou dans la campagne si j’ai bien compris ? J’imagine que c’est pour éviter de polluer les nappes phréatiques avec les urines ? Dans ce cas là j’imagine que les toilettes sèches à séparateur d’urine sont catastrophiques pour l’environnement puisque dans ce type de voyage les eaux grises des camping-car sont relâchées dans la nature ? Merci d’avance pour vos éclairages, je voudrais vraiment faire au mieux lors de nos voyages et je sais qu’on est nombreux dans mon cas.

        L’option compost ou déchetterie n’est hélas pas possible lors de ce type de voyage au long cours car dans la plupart des pays traversé ça n’existe tout simplement pas 🙂

        1. Disons que, jeter ses toilettes sèches dans la nature peut paraître une manière toute naturelle de se débarrasser de ses résidus. Mais il faut bien comprendre que sans la phase de compostage, ces matières ne sont pas assainies.
          Si vous avez de petites quantités (je parle là de trois ou quatre passages à la toilette) vous pouvez, comme si vous aviez fait dans la nature, vider votre seau dans un petit trou d’un coin de nature et penser à bien le recouvrir pour éviter que quelqu’un n’entre en contact avec.
          Tout est question de mesure …

  13. Bonjour, votre site est très intéressant. J’ai « inauguré » mes toilettes sèches hier… Pas de question pour l’instant.

    1. Bonjour,

      Non, cela ne pose aucun problème et nombre de nos clients en ont cette utilisation. Il suffit juste de bien expliquer leur fonctionnement à vos locataires.

  14. Bonjour, je n’ai pas encore de toilettes sèche mais c est en projet. A quel fréquence doit on mélanger le composte ? Est ce a chaque fois que l’on vide le seau ?
    Merci , bonne soirée

    1. Bonjour,

      Non, il n’est pas nécessaire de remuer le compost après chaque vidange.
      Néanmoins, l’aération aide considérablement le processus.
      Nous recommandons de le faire dès que vous le pouvez, mais une à deux fois par an sera un minimum pour un bon processus.

  15. bonjour
    une fois le dernier seau vidé, je comprend que ce tas doit attendre un an avant d’être transvasé dans le deuxième…
    donc, il faut au total quatre tas…
    merci beaucoup

    1. Non, il vous faut un tas de remplissage, un tas de première année de compostage et un tas de deuxième année de compostage. Soit trois tas au total. 😉

    1. Oui, l’essence du bois peut donner différentes odeurs. Le cèdre et le douglas ont une odeur très forte, agréable, mais entêtante à la longue.
      Il est surtout important d’utiliser de la litière la plus sèche possible. Si votre bois n’est pas assez sec, il n’absorbera que trop peu.

  16. Bonjour,
    nous avons vider notre premier seau au compost aujourd’hui et il s’en dégage une forte odeur. Est ce normal ?
    Pour info j’ai bien suivi toute vos indications que ce soit lors de l’utilisation des toilettes temps que pour le compost.
    Merci beaucoup de vos conseils. Sinon je vais devoir le changer de place pour ne pas occasionner de gêne olfactive.
    Bonne journée

  17. Bonjour
    Où peut-on trouver des sacs compostables? De quelle matière sont-ils faits?
    Nous sommes des novices en matière de toilettes sèches .
    Merci beaucoup.

    1. Bonjour,

      Les sacs compostables sont généralement fabriqués à partir d’amidon végétale (Maïs, pomme de terre, …)
      Il existe différentes qualités liés à la résistance et au temps de décomposition.

      Nous avons sélectionnés des sacs alliant résistance et dégradabilité idéale que vous pourrez trouver ici, en lot de 25 pièces ou bien là, en lot de 100 sacs compostables.

      N’hésitez pas à nous contacter s’il vous faut d’autres informations.

      Bonne journée.

  18. Bonjour,
    j’utilise un sac compostable pour mes toilettes sèches, est-il préférable de mettre le sac ouvert dans le composteur, de le déchirer une fois dedans ? ou peut-on simplement attendre qu’il se décompose sans risque (le contenu resterait enfermé un certain temps …)
    Merci d’avance !

    1. Bonjour,

      Il est préférable de laisser le sac ouvert dans le composteur.

      Ou encore de le fermer, mais de le déchirer quelque peu à l’aide d’un outil une fois qu’il est dans le composteur.

      Sa dégradation sera plus rapide.

      Bonne journée.

  19. Bonjour, je trouve votre article très intéressant !
    J’ai juste une petite question: pourquoi ne pas simplement mettre dans le 2ème compost en début de deuxième année , et laisser le premier compost finir sa décomposition, et effectuer une rotation sur les 3 bacs, sans devoir les transvaser chaque année… Je ne suis pas sûre d »avoir été très claire mais j »espère que vous pourrez répondre à ma question!
    Bonne journée

    1. Bonjour,

      Vous pouvez tout à fait laisser le contenu dans le composteur.
      Cependant, l’intérêt de changer de composteur est de remélanger et aérer le compost au moins une fois l’an.
      De plus, ceci vous permet d’utiliser un bac plus petit pour la dernière année de compostage étant donné que le volume aura bien réduit. Ce que vous ne pourrez pas faire si vous laisser le contenu dans le même composteur pendant trois ans.

      Cette méthode est donc un peu plus chronophage mais garantit un meilleur processus de compostage tout en optimisant l’espace.

      Je vous remercie pour votre question et vous souhaite une excellente journée.

  20. Queffelec Laurent

    - Edit

    Reply

    Bonjour,

    La réglementation précise que le composteur doit être étanche afin que les exsudats ne viennent pas polluer la nappe phréatique. Il me semble que ce n’est pas le cas du modèle illustrant votre article. Pouvez-vous expliciter cet aspect?

    Cordialement,

    1. Bonjour,

      Cet aspect s’avère effectivement obligatoire lorsque le compostage est réalisé dans une zone à risque environnemental (sol rocheux, nappe phréatique très proche du sol). Ceci est assez rare et la plupart du temps, vous pouvez composter à même le sol, ce qui est préférable.
      Donc, pour conclure, oui, nos composteurs sont bien adaptés à la grande majorité des cas.

      Je vous remercie pour cette question et vous souhaite une belle journée.

Laisser un commentaire