Questions Réponses sur l’utilisation de toilettes sèches

Voici les questions qui reviennent le plus souvent concernant la bonne utilisation des toilettes sèches

… et les réponses de Lécopot :

Les toilettes sèches sentent-elle mauvais ?

NON, les toilettes sèches ne sentent pas mauvais.
Je devrais préciser : à condition que l’apport de litière soit respecté. En effet, la litière carbonée apporte l’équilibre nécessaire au bon déroulement du processus de compostage et évite également l’apparition d’odeurs indésirables. Si cette litière est sèche, carbonée et plutôt grossière (éviter de la sciure de bois seule, trop fine) , elle empêche les urines et les matières fécales de s’agglomérer en une masse peu aérée, elle évite l’évolution vers un processus anaérobie pourvoyeur entre autre de mauvaises odeurs. A découvrir : les micro-organismes pour toilettes sèches.

Le caisson d’une toilette sèche ne doit pas être conçu / fabriqué de manière étanche, une ventilation naturelle minimale reste indispensable.

Que puis-je utiliser comme litière et où me la procurer ?

On peut utiliser toute matière végétale sèche. La litière peut-être composée de copeaux de bois, de sciure, de paille (hachée de préférence), de foin, de feuilles d’arbres sèches, de fins broyats de branchages mais aussi de carton ou papiers déchiquetés, …

L’idéal est de fabriquer une litière composée d’un mélange de tous ces éléments.

Le papier toilette ainsi que le carton du rouleau ont toute leur place dans les toilettes sèches. (cellulose rapidement biodégradée)

On peut trouver des copeaux de bois dans les scieries ou chez les menuisiers, chez ces derniers cependant, attention aux essences de bois exotiques et aux résidus de panneaux de particules bourrés de colles et autres produits chimiques. Notez que Lécopot propose des bacs à copeaux pour toilettes sans eau, avec ou sans couvercle.

Dans les coopératives agricoles ou certaines jardineries, il est possible d’ acheter des sacs de copeaux compressés destinés à la litière des chevaux, ils sont d’un très bon rapport qualité/prix (environ 13€ les 100 litres compressés).

Ou bien acheter de la paille à l’agriculteur du coin (certains font de la paille broyée, ce qui est idéal pour l’utiliser dans les TLB). Certains fabricants de TLB et quelques magasins bio proposent des mélanges de litière prête à l’emploi.

Comment composter les résidus ?

La meilleure méthode pour un compostage domestique est de mettre les matières en contact intime avec le sol afin de favoriser les échanges avec la biofaune. Néanmoins, une interprétation souvent erronée de l’arrêté du 7 septembre 2009 (paru au J.O. du 9 Octobre 2009) laisse penser que le processus doit se faire sur une aire étanche.  Il n’en est rien puisque celui-ci stipule (section 5, article 17) que le compostage des résidus de toilettes sèches doit se faire « sur une aire étanche conçue de manière à éviter tout écoulement et à l’abri des intempéries ». Ce qui ne signifie pas une étanchéité au sol, mais uniquement à l’écoulement de surface. Le compostage sur une surface étanche au sol va produire des lixiviats et une pourriture, non un compostage. C’est à dire, une mauvaise valorisation des matières pouvant, potentiellement, conduire à une création de résidus polluants et nauséabonds.

Le cycle

Pour débuter son tas de compost, il faut disposer dans le fond une bonne couche de paille d’environ 20 cm qui servira à absorber les liquides et ainsi éviter tout écoulement. Ensuite, on y verse le contenu du seau chaque fois que cela est nécessaire, on peut également y mélanger le compost domestique (épluchures de légumes, tonte de gazon, feuilles mortes, …etc). Il est indispensable de toujours recouvrir les matières fraîchement vidées avec une litière additionnelle afin de neutraliser les odeurs éventuelles, de même manière qu’on le fait dans la toilette. Au bout d’un an, on obtient un bon tas que l’on va retourner (et donc aérer) puis, laisser au repos deux ans en prenant soin de le couvrir avec une couche de paille. Il ne reste plus qu’à recommencer un nouveau tas. La rotation s’effectue ainsi sur trois tas, au bout de deux années de repos, on retire le bon compost obtenu et on recommence un nouveau tas à cet emplacement. Il faut prévoir de couvrir les tas de compost en cours de remplissage et ceux en cours de mûrissement afin d’éviter que les fortes pluies ne lessivent les liquides vers l’extérieur mais aussi afin de garder le compost au chaud. De plus, recouvrir le compost permet d’éviter qu’il ne se dessèche par évaporation l’été ou dans les régions chaudes. Il est cependant important de ne pas étouffer le compost car il a besoin d’être bien aéré pour suivre son processus dans de bonnes conditions.

A mettre ou ne pas mettre dans la toilette / le compost :

Vous pouvez déposer dans votre toilette sèche toutes matières facilement compostables, telles que le papier toilette (même coloré) ou le rouleau carton de celui-ci. Vous pouvez aussi vomir dans votre toilette sèche, et les diarrhées ou gastro ne posent pas de problème non plus, si ce n’est pour votre petit bien-être personnel. Les tampons et serviettes hygiéniques n’étant pas compostables, mettez-les directement à la poubelle.

Par contre, il faut éviter de mettre au compost les déchets de viande, de la terre, du sable, de la cendre, des aiguilles de pin, ….

Peut-on utiliser le compost au jardin potager ?

Il n’y a aucune restriction quant à l’utilisation du compost des toilettes sèches à condition de respecter un délai de compostage de deux ans afin d’éliminer les organismes pathogènes contenus dans les matières fécales.

Cette seconde année du processus est importante pour l’hygiénisation du compost pour un usage sur le potager alimentaire.

(après une année, le compost est « mûr » et peut être étendu sous les arbres et plantations diverses, mais non encore hygiénisé)

Lire à ce sujet l’article d’Eautarcie en cliquant ici

Que choisir comme récipient ?

Bien qu’il soit tentant de prendre un contenant le plus grand possible afin de réduire la fréquence des manutentions, il est préférable d’opter pour un récipient de 15 à 25 litres. En effet, bien que les vidanges soient plus rapprochées, elles en restent beaucoup plus aisées. Une famille de quatre personnes vide son seau de 20 litres tous les deux à trois jours environ.

Il est souvent recommandé de prendre un seau en inox car il est plus facile à nettoyer, se tache moins facilement et ne garde pas d’odeurs. Cependant ce type de seau coûte relativement cher.

Les seaux en plastique sont aussi utilisables avec une préférence pour les seaux en plastique alimentaire, plus robustes et plus faciles à nettoyer. Ces seaux sont beaucoup moins chers que l’inox mais sont un peu plus contraignants au nettoyage, tout dépend de ce que l’on est prêt à accepter.

Les seaux en acier galvanisé sont à éviter car ils sont vite attaqués par les urines. De plus vous risquez de vous retrouver avec des fuites inopportunes au bout de quelques mois.

N’y a-t-il pas contre indication entre l’utilisation des toilettes sèches et la prise de médicament (antibiotique, etc…) ?

En 1979 des tests ont été effectués par le département de microbiologie à l’Université d’agriculture de Norvège à propos des problèmes que pourraient entraîner, pour le déroulement du compostage, les excréments de personnes sous traitement antibiotique. Les résultats ont montré que cela n’amène pas de perturbation importante ou durable dans le compost, et donc, sauf en cas de doses vraiment massives, il n’y a pas lieu de s’inquiéter à ce sujet. (Extrait de « Un petit coin pour soulager la planète »)

Il est franchement préférable d’utiliser une toilette sèche plutôt qu’un WC face au problème médicamenteux. En effet, les résidus médicamenteux introduits dans le cycle aquatique de l’assainissement traditionnel ne seront absolument pas traités par les stations d’épuration, quelles qu’elles soient ! Cependant, le compostage est suffisamment puissant et efficace que pour dégrader ou neutraliser la quasi totalité de ces résidus.

En sortant nos déjections du cycle aquatique, nous participons directement à une sauvegarde de la faune aquatique (gros problème hormonal) et de la santé humaine ! (stérilité masculine et puberté précoce des jeunes adolescentes), tout en permettant un traitement intégral et inédit de ce problème médicamenteux.

Faut-il séparer les urines des matières fécales ?

Il vaut mieux éviter cette pratique, l’intérêt premier de l’utilisation d’une toilette sèche est de remettre dans le cycle naturel une matière indispensable à l’équilibre de ce cycle.

Afin d’obtenir un compost équilibré, il est indispensable de réunir les urines, les matières fécales et de la litière ou matière carbonée.

En séparant les deux, les urines sont soit dirigées vers le réseau collectif (dans ce cas, le problème n’est pas résolu) ou bien stockées dans une cuve afin d’être utilisées au jardin. L’urine stockée dans une cuve subit une transformation chimique qui la rend plus rapidement et plus facilement infiltrable dans la nappe phréatique sous forme d’azote ammoniacal (ce qu’il faut absolument éviter !), ce qui constitue ensuite une pollution par les nitrites et les nitrates. –Dans une TLB, c’est l’adjonction directe de la litière carbonée qui permet l’inhibition de cette transformation enzymatique néfaste–. De plus, il est recommandé de ne pas s’en servir pure mais de la diluer dans 8 volumes d’eau, ce qui remet en question la préservation de la ressource en eau escomptée avec l’utilisation d’une toilette sèche. Quant aux matières fécales stockées et compostées seules, elles ne peuvent rentrer dans un processus de formation de l’humus et ne donnent donc aucun résultat valorisant, disons plus clairement que l’on n’obtient rien de plus que de la merde sèche. On comprend donc que cette pratique n’a pas vraiment d’intérêt si ce n’est celui de réduire la manutention, mais à quel prix?

Lire à ce sujet l’article d’Eautarcie en cliquant ici

.. Et en Ville !?

L’usage de Toilette Sèche nécessite systématiquement de disposer d’une aire de compostage pour le traitement des matières. Il est donc évident que la chose soit plus aisée à la campagne où l’on dispose plus facilement d’un jardin ou d’un terrain.

Il n’est pas pour autant impossible d’utiliser des Toilettes Sèches en immeuble sans jardin ou en milieu urbain !

Plusieurs cas de figure existent :

  •  Vous pouvez demander à vos voisins disposant d’un terrain / jardin si quelqu’un accepterait d’accueillir votre aire de compostage (en les informant et rassurant sur l’absence de nuisances de cette dernière !) et/ou serait intéressé de récupérer le compost mûr.
  •  Vous pouvez chercher un bosquet ou petit coin de forêt privé ou public et demander une permission d’y installer votre compost, protégé d’intrusions animales.
  •  Vous pouvez, comme cela se fait de plus en plus, sensibiliser votre municipalité et tenter de négocier avec elle la mise en place d’une aire de compostage collectif au pied des immeubles ou au sein du quartier, et une gestion conjointe de ce lieu et de sa filière de valorisation. (intérêt pédagogique aussi pour le quartier)
  •  Certaines villes françaises organisent un ramassage collectif de déchets organiques (conjointement aux ordures ménagères) qui seront valorisés par compostage, dans lesquels il est permis d’y déposer les sacs (compostables) de contenu de Toilettes Sèches. C’est une voie de valorisation très intéressante en ville, qu’il faut encourager et développer.

Pour vous faciliter le transport de vos contenus vers d’autres lieux, vous pouvez aussi utiliser les sacs compostables à installer dans votre seau.

Exemples :  Bruxelles  ,  Paris  ,  Laval  ,  Strasbourg , …..

Autre exemple de gestion écologique collective sur litière carbonée :  Le système TRECOFIM

Pour toute question n’hésitez pas à nous contacter !

24 thoughts on “Questions Réponses sur l’utilisation de toilettes sèches

  1. Bonjour,
    A combien estimez-vous la quantité de copeau+ urine+ matière fécale par jour par habitant ?
    Merci pour votre réponse.
    Bertrand.

  2. Bonjour,

    Il faut compter, en moyenne, un volume de 1,8 litres par jour et par personne toutes matières confondus.
    Soit environ 1,5 litres d’urines et matières fécales auxquelles s’ajoutent le même volume de copeaux de bois.
    L’urine étant absorbée par les copeaux, cela ne représente, au final qu’un peu moins de deux litres de matières mélangées.
    Bonne journée.

    Julien

  3. Bonjour, doit-on absolument utiliser un seau? vous vendez des sacs de 50L compostables. Peut on les utiliser avec n’importe quel modèle de toilettes sèches? faut il un système d’attache spécifique?

    1. Bonjour, Oui, il est préférable d’utiliser un seau, même avec des sacs compostables. Les sacs, en effet, ne sont pas toujours hermétiques à 100 %. Si vous n’utilisez que des sacs, sans réceptacle en dessous, vous allez forcément vous retrouvez avec des résidus d’urines au fond de votre toilette. L’intérêt principale des sacs compostables est de ne pas avoir à nettoyer votre seau après chaque vidange. Cela s’avère très pratique, notamment, lorsque vous avez coupé l’arrivée d’eau extérieure en hiver ou si vous ne disposez pas d’eau du tout pour nettoyer votre seau. Ou bien, tout simplement, si vous voulez vous simplifier le nettoyage.
      Bonne journée.

    1. Bonjour,

      Il est préférable de passer par le processus de compostage aérobie qui contribuera à une bonne transformation des matières.
      En effet, en intégrant les matières directement dans le sol, vous risquez de vous retrouver avec une fosse qui va s’asphyxier.
      Ceci aura pour effet de déclencher un processus anaérobie qui va transformer les urines en matières polluantes.
      Encore une fois, le compostage en plein air reste un passage clé de la transformation des matières issues des toilettes sèches.

  4. Bonjour,
    J’aurais aimer savoir si pour aujourd’hui ou pour demain, il sera possible de changer totalement nos systèmes d’assainissement concernant les toilettes ? Le passage général au toilette sèche ou autre technique mais complémentaire grâce aux techniques existantes et aux nouvelles technologie (partout en France, immeuble ou maison, ville ou campagne voire même montagne) ?
    En gros, est-possible à grande échelle, de passer du système actuel (gaspillage eau potable) à un système nouveau et généralisé de récupération du compost par nos toilettes (avec utilisation privé ou public) ?
    Merci pour retour et désolé de la question à rallonge ^^

    1. Bonjour,

      Oui, le passage aux toilettes sèches généralisé est tout à fait possible.
      Il existe des associations dans certaines villes qui s’occupent de collecter les résidus de toilettes sèches pour créer du compost.
      Il y a aussi le système Saineco imaginé par le professeur Joseph Orzsagh et dont vous trouverez la présentation ici :https://www.youtube.com/watch?v=cNKgvPGZSYg
      Comme toujours, ce changement n’est qu’une question de volonté. Et n’oublions jamais que les pouvoirs publics ne sont jamais précurseurs. Il faut leur montrer la voie. C’est pourquoi le changement ne pourra commencer que par nous. À chacun, donc, de prendre ses responsabilités et de faire le monde dans lequel il veut vivre.

  5. Bonjour,
    hormis les gels hydro-alcooliques, existe-t-il des solutions sans eau pour se laver les mains qui pourrait accompagner de manière écologique et responsable des toilettes sèches?
    merci par avance

    1. Bonjour,

      J’avoue ne pas avoir d’autres suggestions sous la main dans le cas d’un non accès complet à l’eau.
      Généralement on implante un système d’évier et robinet raccordé au réseau de distribution ou relié à une réserve d’eau qu’il faudra remplir régulièrement.
      Dans le cas où on ne mettrait pas de point d’eau, le gel hydro alcoolique reste une solution fonctionnant bien.

    1. Bonjour,

      Oui, vous pouvez mettre le papier toilette dans la toilette. Celui-ci étant composé de cellulose, il se compostera avec le reste des matières.
      Il apportera également sa part de carbone afin d’équilibrer le rapport Carbone / Azote important pour le compostage.

      Belle journée à vous.

  6. Bonjour,
    je m’apprête à passer commande et je viens de remarquer que le couvercle du seau inox (32cm) est plus petit que le seau lui-même(34cm) …
    Pouvez vous m’éclairer ?
    Merci

    1. Bonjour,

      Le couvercle s’insère entre les oeillets du seau.
      La largeur de 34 cm du seau tient compte des oeillets et de l’épaisseur de la anse.
      Le diamètre haut du seau, sans les oeillets, est ainsi de 32 cm et le couvercle y trouve sa place facilement.

      Restant à votre disposition, je vous souhaite une agréable journée.

  7. Bonjour,

    Je n’utilise pas de papier toilette, je me lave à l’eau.
    Je voulais savoir si c’est un problème pour le processus de décomposition ?

    1. Bonjour,

      Vous pouvez tout à fait vous passer de papier toilette et vous laver à l’eau.

      Cela ne gênera aucunement pour le processus de compostage.

      Bonne soirée.

      Julien Boyer

  8. je suis prête à faire l’acquisition de votre ensemble auto construction. . merci de mindiquer les dimensions de la lunette et hauteur du seau inox sans base. merci par avance Annick DURAND

    1. Bonjour,

      La lunette mesure 403 x 368 mm et le trou intérieur mesure 268 x 226 mm.
      Pour le seau inox, sa hauteur est de 342 mm avec les oeillets et 310 mm sans les oeillets.

      Restant à votre disposition, je vous souhaite une agréable journée.

      Julien Boyer

  9. Bonjour
    Je m’apprête à commander un kit d’auto constructeur.
    Es ce que la lunette des toilette est standart ? Faut t il laisser un jour entre la planche la lunette et le couvercle comme les abatant classique.
    Merci

    1. Bonjour,

      Il n’existe pas de standard pour les lunettes. Cependant, notre modèle est dans les dimensions habituelles.
      Nous recommandons de fixer la lunette sur la planche afin de prendre la bavette en sandwich. En revanche, l’abattant, lui, laisse un jour d’environ 4 mm au dessu de la lunette.

      Bonne journée.

  10. Bonjour,
    j’utilise des toilettes depuis quelques semaines, et le contenu du seau est assez séparé, les copeaux ne semblent pas absorber correctement les urines, … est-ce normal ? dois-je mettre plus de copeaux ?
    Merci d’avance !

    1. Bonjour,

      L’objectif recherché avec les copeaux n’est pas une absorption complète mais plutôt un équilibre des matières à composter.
      Il est donc normal que toutes les urines ne soient pas complètement absorbées et que vous ayez une partie de substances liquides.

      Bonne journée.

  11. Bonjour,
    Quelques questions auxquelles je ne trouve pour le moment pas de réponse :
    Comment fait-on pour les règles ?
    Peut-on mettre les tampons et serviettes hygiéniques ?
    Et si on a la diarrhée ?
    Peut-on vomir dans les toilettes sèches quand on est malade ?
    SI ce n’est pas le cas comment fait-on si on n’a pas d’autres toilettes ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

    1. Bonjour Clara,

      Le sang peut aller au compost. Pour ce qui est des tampons et serviettes hygiéniques, si celles-ci sont compostable, alors elles ont leur place dans les toilettes, sinon, mieux vaut les mettre dans une poubelle.
      Diarrhées et vomissements ne posent aucun problème pour les toilettes sèches, ces matières ont toute leur place dans le compost.

      Je vous souhaite une très bonne journée.

Laisser un commentaire

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.